Devenez Mécène de la Fondation

Devenez Mécène de la Fondation

Pour les particuliers et les entreprises

Vous aimez l’esprit transdisciplinaire de la programmation qui combine art, sciences et poésie, les résidences de recherche artistiques et d'écriture et les expositions dans un lieu au patrimoine architectural unique, soutenez-nous !

Inauguration du partenariat entre la Fondation Thalie et l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris

La Fondation Thalie s’associe à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris pour la 3ème saison de « Créateurs face à l’urgence climatique ».

À un rythme mensuel, ces rencontres entre artistes et scientifiques ont pour objet de sensibiliser le public, en particulier la jeune génération de créateurs, à la nécessité d’inventer de nouveaux imaginaires de transition, de réfléchir à de nouvelles façons de concevoir et produire avec des biomatériaux. Comment l’impact du réchauffement climatique génère-t-il dès à présent de nouvelles façons d’habiter le monde, plus respectueuses des limites planétaires ?

Créée en 2020 par la Fondation Thalie à l’initiative de Nathalie Guiot, la série Créateurs face à l’urgence climatique  mobilise la vision audacieuse de l’artiste à imaginer des futurs possibles et invite au partage des savoirs, en collaborant avec des chercheurs pour révéler par l’expérience du sensible, les faits scientifiques. Avec plus de 50 artistes et scientifiques invités en 2 ans, ces rencontres suivies par plus de 40 000 personnes, ont pour volonté de faire naître des collaborations entre ces deux disciplines.

Sur une proposition curatoriale de la Fondation Thalie, cette 3e saison accueillie au sein de l’École des Arts Décoratifs est organisée par Stefano Vendramin, coordinateur du programme Créateurs face à l’urgence climatique en co-construction avec Francesca Cozzolino, enseignante en sciences humaines et sociales et Patrick Laffont-DeLojo, enseignant en scénographie à l’École des Arts Décoratifs.


Rencontre inaugurale le 26 octobre 2022
avec l’artiste et chorégraphe Tino Sehgal et la journaliste environnementale et Fondatrice de l’Institut Momentum Agnès Sinaï, sur le thème “Créer sans détruire”, suivie d’une rencontre le 30 novembre avec le sociologue Richard Sennett et l’artiste Irene Kopelman sur la thématique “Coopérer avec le Vivant”.


L’ensemble des rencontres sont enregistrées et accessibles en vidéo replay sur le site de la Fondation
.

 

 

 

Les artistes ont cette capacité infinie à être des précurseurs dans l’invention de nouvelles formes. Les formes d’hier doivent être remises à plat par le prisme de la création artistique, il s’agit de faire émerger de nouveaux récits, de nouvelles formes et modalités de production. Par le champ de l’émotion et du rêve, l’artiste a cette capacité de nous mettre en mouvement, un élan particulièrement urgent face aux enjeux climatiques et pour répondre aux immenses défis de notre société. Dans une logique de transmission, notre rôle en tant qu’acteur culturel est d’impliquer et de soutenir la jeune génération vers de nouvelles façon de concevoir et de penser un monde décarboné. 

Nathalie Guiot, Fondatrice de la Fondation Thalie

 

 

 Il n’y a pas d’art plus urgent que celui de vivre ensemble, ni de design plus nécessaire que celui d’un monde commun, composé avec l’ensemble du vivant et du non-vivant. Accueillir le cycle « Créateurs face à l’urgence écologique », conçu en partenariat avec la Fondation Thalie, s’inscrit dans la mission de notre Ecole : former les élèves, non pour qu’ils s’insèrent dans le monde, mais pour qu’ils le transforment. Permettre ces rencontres avec des artistes reconnus pour leur engagement artistique en faveur de la reconfiguration de nos milieux de vie – aussi bien imaginaires que réels, visuels que matériels, analogiques que digitaux, naturels qu’artificiels – c’est donner les moyens à notre jeune génération de créateurs et designers de concevoir et mettre en œuvre le grand souci écologique de notre temps.

Emmanuel Tibloux, Directeur de l’École des Arts Décoratifs

 

 


L’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs

 

L’École des Arts Décoratifs est un lieu de foisonnement intellectuel, créatif et artistique depuis plus de 250 ans. Elle a pour vocation de former les futur·e·s artistes et designers à être les créateur·ice·s du décor contemporain et les « transformateur·ice·s » du monde de demain.

Chaque année plus de 800 créateur·ice·s dans 10 secteurs (Art-Espace, Architecture Intérieure, Cinéma Animation, Design Graphique, Design Objet, Design Textile et Matière, Design Vêtement, Image Imprimée, Photo/ Vidéo, Scénographie), sont engagé·e·s à créer l’environnement matériel, visuel et imaginaire de notre temps et penser les mutations du paysage sociétal et artistique. Un modèle pédagogique unique, une large ouverture sur le monde et un pôle de recherche hors normes placent l’École des Arts Décoratifs dans le cercle restreint des grandes écoles d’art, de design et de mode. L’École est un établissement public d’enseignement supérieur relevant du ministère de la Culture et partenaire de l’Université PSL (Paris Sciences & Lettres).
L’urgence de la situation écologique crée pour l’École des Arts Décoratifs, en tant qu’établissement d’enseignement supérieur, une obligation à en prendre acte. L’école s’est dotée en 2019 d’un plan de transition dédié et s’engage, à travers sa pédagogie, la recherche, ses pratiques artistiques et techniques, ses partenariats et son fonctionnement quotidien, à faire évoluer les usages : de l’innovation sociale par le design à l’amélioration de la vie quotidienne et des environnements, en passant par l’éthique, l’intérêt général et le soin entendu au sens large.

 

Emmanuel Tibloux est Directeur de l’École des Arts Décoratifs depuis 2018, anciennement directeur de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts de Lyon. Ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, il a dirigé l’école supérieure d’art et de design de Saint-Etienne, l’École régionale des beaux-arts de Valence et l’Institut français de Bilbao.

Le projet d’Emmanuel Tibloux pour l’Ecole des Arts Décoratifs tient compte des spécificités de cette école d’excellence qui accueille plus de 800 étudiant.es par an. Il est à l’origine en 2019 du plan pour une “École de la Transition”, faisant notamment de l’Ecole des Arts Décoratifs le premier établissement d’enseignement supérieur à se doter d’un plan de transition écologique.

 

 

0