Équinoxes : Fragile, encore (2)

Programmation : Nathalie Guiot & Barbara Polla

 

Novembre, c’est le passage, la transformation, c’est après l’été indien, après les dernières moissons ; c’est la toute fin d’après-midi, avant la nuit d’hiver ; c’est un rêve de renaissance. Novembre… le mot lui-même contient son propre mystère, il dénombre les mots et les jours, la force vulnérable de la création, novembre, comme…

« Un poids
Une enclume
Une angoisse
Une menace
Un air de rien qui ne passe… »

Lire. Écrire. Il faut écrire avec le plus de mots possibles, dans toutes les langues : la multiplication des mots, leur profusion, leurs transformations nous protègent de l’effeuillage.

Alors, écrire et lire,

à haute voix
la poésie
Résister. Écrire.

Étrange pratique que l’écriture, qui échappe définitivement à la raison raisonnable : tant d’efforts, tant de feu, tant de flammes, qui nous portent encore, et encore, les un.e.s vers les autres. La magie de la poésie, de solstices en équinoxes, nous réunit en une communauté de poètes : Le cercle des poètes apparu.e.s. La fragilité de chacun de nous devient notre force à tous.

Nathalie Guiot & Barbara Polla

 

Liste de lectures :

1) Clara MOLLOY (en français)
Clara Molloy est poétesse, mais également créatrice et éditeur des parfums des marques Memo Paris, Floraïku et Hermetica. Elle a créé Créations, et un festival de poésie visuelle.
L’année dernière, elle a publié Tempe a paia dans la collection grise de Cheyne.
Sa lecture s’intitule Paia (la paille).
La paille comme symbole de fragilité. Le grain et le pain du poème.
la poésie : la rencontre du temps, infini et de l’éphémère, du périssable.


2) Catherine PONT HUMBERT
 (en français)
Ecrivain, journaliste, longtemps productrice à France Culture, et poète
Les poèmes qu’elle a sélectionnés proviennent de son recueil « Légère est la vie parfois » publié chez Jacques André en 2020.
Sa lecture s’intitule « Il existe des lieux de songe »
Il parle de la fragilité essentielle, celle d’un chemin de vie qui tend vers l’accomplissement, ne cesse de se heurter à des obstacles, bifurque, s’interrompt, s’élance à nouveau, un fragile cheminement où ce qui est profond devient aussi léger.


3) Brice CATHERIN
(en français et en anglais)
Violoncelliste virtuose, c’est à l’âge de 36 ans que Brice Catherin décide que le plus important, c’est l’amour. Il décide alors de s’y consacrer intégralement et produit, sous forme de collaborations, notamment de la poésie — avec Cléa Chopard.
Sa lecture s’intitule Rhododendron Normal, poèmes ratés
Une sélection de poèmes qui paraitra en 2021 aux éditions Grimaces, signée « Brice Catherin, Cléa Chopard et leurs invitées », qui parle de la fragilité d’un amour interdit, et de la fragilité d’un permis de séjour.


4) Carmen CAMPO REAL
(en français)
Carmen conduit une carrière de journaliste à TF1 à Paris et écrit pour les magazines Vogue et Elle. Elle est poète et a publié quatre recueils de poèmes chez Slatkine, en 2009, 2010, 2014 et 2018
Sa lecture est sans titre.
Ses poèmes parlent du bancal, de la fragilité vue comme un déséquilibre, une fracture…


5) Nathalie GUIOT
(en français)
Elle a créé la Fondation Thalie. Derrière la Fondation Thalie, ou devant, il y a Nathalie Guiot, et c’est elle qui soutient les artistes, les femmes, la création et l’écologie, les livres et la poésie… et c’est grâce à elle que ces soirées Equinoxes existent.
Sa lecture s’intitule Métamorphoses, d’Emanuele Coccia (extraits)
Elle nous parle de la fragilité de notre monde – du désespoir et de la réparation possible – de nos transformations à venir.


6) Joana 
PREISS (en français)
Actrice au théâtre et au cinéma, Joana Preiss est aussi chanteuse, performeuse et réalisatrice. Elle fait régulièrement des lectures publiques d’œuvres poétiques, elle a lu récemment Anaïs Nin à la Maisons de la Poésie.
Sa lecture s’intitule L’aventure ! De Girogio Agamben (extrait)                                                                                                                     Nos fragiles aventures de vie…


7) Rosanna GANGEMI
(en italien et en français)
Philosophe de l’art, spécialisée dans la littérature féministe du XIXe et XXe siècles, conférencière et auteure. Chargée des cours à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, elle travaille également à l’ULB et la Sorbonne. Elle vient de publier Tra due rive. Autrici del Novecento europeo sul confino e sull’esilio.
Sa lecture s’intitule : Alda Merini
En écoutant Alda Merini, on entend la fragilité et la force d’une femme, et comment la fragilité embrassée devient force.


8) Aurélie GRAVAS
(en musique)
Peintre et musicienne. Elle va nous dire un texte en musique, accompagnée par Luc van Lieshout à la trompette, elle jouera de la basse.
Sa musique s’intitule Tu veux un café.
Oui nous voulons un café ! Sa pièce rythmée aborde l’ambiguïté d’une relation entre un veilleur de nuit et une femme artiste, ils partagent un vestiaire souterrain, le temps d’une nuit.


9) Astrid HAERENS
 (en flamand)
Poétesse vivant à Ixelles. Elle écrit de la poésie, dit-on, avec un œil pour les détails.
Ses lectures s’intitulent Brieven aan mijn onbestaand kind »(Letters to my non-existing child) et Vrij (Free)
La première est une lettre écrite à l’intention de l’enfant qu’elle n’a pas. À l’inexistence. Elle nous parle, à 31 ans, de la relation si fragile entre maternité et créativité poétique/artistique. La seconde parle d’Anarcha Westcott, une esclave américaine ayant subi diverses opérations chirurgicales expérimentales… Il parle de la fragilité du corps des femmes.


10) Golnoosh NOURPANAH
 (en anglais)
Auteure, poétesse, d’origine iranienne, Golnoosh Nourpanah est proche du groupe de New River Press et de Poetry Against Homelessness, elle vient de publier des « short stories » chez Muswell Press, et Nell Stevens dit de son écriture : « Golnoosh’s unflinching writing explores sex and religion, love and cruelty, and rebellion and identity, with energy, precision and poise. »
Sa lecture s’intitule Sculptures
et parle de la fragilité du désir et de la sexualité et souligne le nécessaire courage d’être queer – d’être fluide.


11) Heathcote RUTHVEN
 (en anglais)
Heathcote est écrivain et éditeur, également proche de New River Press. Il participe à Poetry Against Homelessness, prépare un ouvrage poétique en collaboration avec Miranda Gold et écrit, entre autres, pour the International Times, The Idler, The Indepedent.
Sa lecture s’intitule Dub Night
Son poème parle de son ami Jamie qui est mort in his early twenties.
De la fragilité de l’amour et du chagrin.


12) Astrid CHAFFRINGEON
(en français)
Autrice, galeriste et éditrice. Elle a publié plusieurs romans ; le dernier en date, Je ne chasse pas sur mon territoire, vient d’être publié par Eléments de Langage à la rentrée littéraire 2020 : « un roman féministe à la force envoûtante ». Elle a écrit un texte spécifiquement pour cette soirée.
Sa lecture s’intitule La part des choses
Il évoque le précipice qui s’offre à nous à la tombée d’une nuit amoureuse, le privilège qu’est la fragilité de l’amour, cette souffrance qui rend vivante, parce qu’être fragile c’est être forte de toutes les pulsations du monde.


13) Céline
 FRIBOURG (en français)
Editrice passionnée de livres d’art d’exception, qui réunissent photographes et écrivains, dans sa maison d’édition Take 5 qu’elle a créée et conduit seule, elle est aussi écrivain et poète.
Sa lecture s’intitule KINTSUGI : Mode d’emploi d’une construction philosophique en dehors de l’espace et du temps – en dialogue avec la série de photographies Trauma de l’artiste Joan Fontcuberta.
Elle nous suggère, entre autres, de nous « remémorer l’impermanence des choses et de nous rassurer en constatant à quel point notre fragilité intrinsèque fonde notre pérennité ».


14) Christine
 GUINARD (en français)
Poète, auteure notamment de Sténopé, un recueil qui « tente le cri, toujours, encore, face à ceux qui sont exclus, jetés, rejetés, frères, sœurs, de ce territoire dont nous sommes un peu vous et moi, tous, de cette humanité qui s’oublie… ».
Sa lecture s’intitule Vous étiez un monde
Elle est tirée du manuscrit éponyme en cours de publication et qui évoque la fragilité, l’effondrement, et ce que les mots font renaître.


15) Taïla ONRAEDT
(en français)
Actrice belge de films, de théâtre, de télévision, maîtrisant le cabaret, la danse, le documentaire, la musique…
Sa lecture s’intitule Celle qui vibre
Son texte parle de fragilité humaine.


16) Manuela MORGAINE
(en français)
Écrivain, metteur en scène, réalisatrice de films, elle dirige Envers Compagnie. Prix de Rome en 1994 et est lauréate de la Villa Médicis Hors les Murs en 2004, elle vient de publier chez Fabulla Le Temps a commencé de CesserPoèmes Oraculaires.
Sa lecture s’intitule LAST WORDS
extraits d’un recueil de textes inédits GESTES, sur le thème de la fragilité humaine, celle qui nous tient le plus à cœur en ce temps où nous comptons nos malades et nos morts.


17) Barbara POLLA
(en français)
Barbara a composé cette Reading list.
Sa lecture s’intitule Peines mineures – puis Il me semble
Peines mineures a été écrit par la photographe Valérie Horwitz, qui travaille en prison avec de jeunes détenues. Il parle de la fragilité de la liberté. Il me semble est un hommage à Samuel Paty.

0