English version Version web 12/06/2019

En juin à la Fondation

Rencontre littéraireSamedi 15 juin 2019 — 17:00

La bibliothèque idéale de Yannick HAENEL

© Francesca Mantovani - éditions Gallimard

Une fois par mois, la Fondation Thalie invite des personnalités des arts et de la culture à venir parler de leurs rapports aux livres et à proposer leur bibliographie idéale qui viendra alimenter les étagères de la Fondation pour en faire au fil de l’eau, une bibliothèque partagée, à la fois intemporelle et marquée par l’époque. 

YANNICK HAENEL nous parlera de son dernier livre, La solitude Caravage (Des vies, Fayardqui  raconte comment vers ses 15 ans, l’auteur a eu un choc esthétique. Récit d’apprentissage qui se métamorphose en quête de la peinture. En plongeant dans les tableaux du Caravage (1571-1610), génie de la peinture baroque et inventeur du clair-obscur à la vie passionnante et tourmentée, l’auteur nous transporte dans une quête initiatique de l’absolu.

Les livres de sa bibliothèque idéale :

Le Bain de Diane, Pierre Klossowski (Gallimard)
Moby Dick, Herman Melville (Folio)
À pas aveugles de par le monde, Leïb Rochman (Folio)
Sa Vie son œuvre, Bernard Lamarche-Vadel (Gallimard)
Giacomo Joyce, James Joyce  (Multiple)

YANNICK HAENEL vit et travaille à Paris. Il a publié une dizaine de romans aux éditions Gallimard, dont Tiens ferme ta couronne, prix Médicis 2017, Les Renards pâles (2013), Jan Karski, prix Interallié 2009, ou Cercle, prix Décembre 2007. Il co-anime la revue Ligne de risque et tient une chronique hebdomadaire dans Charlie Hebdo. Il a réalisé un film La Reine de Némi (2017) et a écrit pour le compositeur Yann Robin, un opéra Papillon noir (2018).

Langue : français
Durée : 1h
La rencontre sera suivie d’une signature de La solitude Caravage (en vente à la Fondation) et d’un drink.

Réservez vos places ici.

PerformanceJeudi 20 juin 2019 — 19:00

Correspondance (1932) de Anaïs Nin & Henry Miller
Joana PREISS & Olivier MARTINAUD

© Christian Lartillot

Récit d’un amour fou, qui fait place peu à peu à la tendresse, la correspondance d’Anaïs Nin et Henry Miller exprime la bienveillance constante qui animera la relation entre ces deux écrivains d’exception. Lettre après lettre, on suit l’évolution de leurs rapports au fil des années tout en assistant à des échanges passionnants sur le devenir de leur œuvre et le sens de l’écriture. Deux personnages exceptionnels, sans complaisance l’un envers l’autre, unis dans une fidélité essentielle, physique, matérielle et littéraire.

Joana Preiss est actrice au théâtre et au cinéma, chanteuse, performeuse et réalisatrice. Dès 1993, elle joue pendant dix ans dans les spectacles de Pascal Rambert. Au cinéma, elle a joué dans les films de Christophe Honoré, Olivier Assayas, Antoine Barraud, Pia Marais etc. Elle a aussi collaboré avec des artistes tels que Nan Goldin, Ugo Rondinone et Céleste Boursier Mougenot. Après avoir étudié le chant classique, elle a fondé en 1998 le duo expérimental White Tahina. Depuis plusieurs années, elle crée des performances chantées uniques, en interaction avec des œuvres d’art ou avec des musiciens dans des lieux comme la galerie Kamel Mennour, la Fondation Cartier, l’espace culturel Louis Vuitton, le Silencio etc. Elle a récemment chanté dans « Courage » dirigé par Jeremy Demester au Centre Pompidou à Metz. Le premier long métrage qu’elle a réalisé, Sibérie, a été présenté en compétition internationale au FID à Marseille en 2011 avant de sortir en salles en 2012. Son court-métrage Silent Asylum a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2013 puis dans de nombreux festivals et Lands close to Paterson vient d’être montré à l’Anthology Film Archives à NYC sur une invitation de Marie Losier. Elle a joué dernièrement au cinéma dans des films de Tonino De Bernardi, Vincent Dieutre, Jonathan Millet, Julia Ducournau, puis Emilio R. Barrachina, et actuellement dans La Dame aux camélias mis en scène par Arthur Nauzyciel.

Né en 1978, Olivier Martinaud sort du Conservatoire national supérieur d’art dramatique en 2004. En 2008, il met en scène Imbécile, une comédie musicale d’Olivier Libaux. Il crée la compagnie « garçon pressé » et met en espace en allemand Erich von Stroheimde Christophe Pellet à Berlin en 2009. Il crée Mes prix littéraires de Thomas Bernhard à la Loge en 2012. Avec Nils Haarmann, il traduit de l’allemand trois pièces de Nis-Momme Stockmann, dont Les Inquiets et les brutes, qu’il met en scène au Lucernaire en 2015. Depuis 2004, il enregistre plus d’une centaine de textes pour les émissions et les fictions de France Culture et de France Inter. Il enregistre aussi des voix pour Arte, le Centre Pompidou ainsi que plusieurs livres audio. Il est régulièrement invité à jouer, performer ou lire des textes dans diverses manifestations littéraires et artistiques et des festivals comme le Marathon des mots et Actoral. Au théâtre, il prépare la mise en scène du Bruit du monde de Stéphanie Chaillou et d’Aphrodisia de Christophe Pellet. Au cinéma, il tient le rôle principal du prochain long métrage de Vincent Dietschy, Notre histoire (2019). 

Langue : français
1h, performance suivie d’un drink

Réservez vos places ici.

ConversationSamedi 22 juin 2019 — 16:00

The Evil Eye de Clément COGITORE

DR

Projection pour la première fois en Belgique de The Evil Eye, 2018 (video HD 15′, EN/FR) ainsi que des extraits d’autres oeuvres vidéos, suivie d’une discussion avec l’artiste.

Clément Cogitore présentera The Evil Eye, film qui raconte l’histoire d’un personnage féminin vu par le prisme de scènes anonymes empruntées à des banques d’images pour des films promotionnels. L’artiste construit ainsi une chimère, à partir d’images stéréotypées, élaborant une critique des médias.

Après des études à l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, et au Fresnoy – Studio national des arts contemporains, Clément Cogitore (1983, Colmar) développe une pratique à mi-chemin entre art contemporain et cinéma. Mêlant films, vidéos, installations et photographies, son travail questionne les modalités de cohabitation des hommes avec leurs images. Il y est le plus souvent question de rituels, de mémoire collective, de figuration du sacré ainsi que d’une certaine idée de la perméabilité des mondes. Lauréat du Prix Marcel Duchamp 2018, Clément Cogitore devient artiste associé au Cent-Quatre (Paris) pour l’année 2018-2019 sur une invitation de José-Manuel Gonçalvès, il est nommé à la prochaine cérémonie des Césars pour son documentaire Braguino et met actuellement en scène Les Indes Galantes qui se tiendra en septembre 2019 à l’Opéra de Paris. Il est représenté par la Galerie Eva Hober (Paris) et la Galerie Reinhard Hauff (Stuttgart).

Langue : français
1h, conversation suivie d’un drink

Une rétrospective de son travail intitulée Clément Cogitore Part II est visible à la KunsthausBasseland du 17/05 au 07/07/2019

Réservez vos places ici.

Concert - Musique classiqueMercredi 12 juin 2019 — 19:00

KARSKI QUARTET

DR

Karski quartet a été fondé en 2018 par les violonistes Kaja Nowak et Natalia Kotarba, le violoniste et altiste Diede Verpoest et la violoncelliste Julia Kotarba. Ayant joué ensemble dans des ensembles différents, ils commencent à se produire en tant que quatuor lors de l’Académie du festival Resonances 2018, où ils ont été entraînés par Elisabeth Kufferath et Philippe Graffin, puis à nouveau aux Rencontres Internationales Musicales d’Enghien, où ils ont participé à des masterclass avec Amy Norrington et David Waterman.

Basé à Bruxelles, Karski quartet se produit régulièrement en Belgique, ainsi que dans des festivals de musique de chambre en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. Le nom Karski Quartet est une référence à Jan Karski, personnage emblématique de la résistance durant la Seconde Guerre mondiale.

Durée 1h, concert suivi d’un drink
Ouverture des portes à 18:30
Début du concert à 19:00

En partenariat avec l’asbl MGConcerts 

 

Découvrez le programme et réservez vos places ici.

PhilosophieMardi 25 juin 2019 — 19:00

Conversation entre Gilles COLLARD et Philippe-Alain MICHAUD

DR

À l’occasion du dernier rendez-vous de son cycle de conférences autour des Styles d’existence, Gilles Collard recevra l’écrivain Philippe-Alain Michaud. Ensemble, ils appréhenderont les recherches amenées par Gilles Collard tout au long de son cycle et entameront une discussion autour du dernier livre de Philippe-Alain Michaud Âmes primitives, Figures de film, de peluche et de papier, paru le 7 juin chez Macula.

Gilles Collard a fondé en 2003 la revue Pylône. Depuis 2016, il est professeur de philosophie à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels, La Cambre où il est également le responsable pédagogique de l’Atelier des écritures contemporaines. Il prépare actuellement un livre sur la vie et l’œuvre de Klaus Mann pour les éditions Grasset.

Âmes primitives. Figures de film, de peluche et de papier (2019, éditions Macula)
Ce recueil de textes s’inspire de la théorie anthropologique de Lucien Levy-Bruhl à propos de l’âme primitive pour élaborer une heuristique de la figurabilité. L’auteur illustre cette approche à travers l’analyse de films, mais aussi de comics et de performances.

Philosophe et historien de l’art, Philippe-Alain Michaud s’intéresse particulièrement aux relations entre film et histoire de l’art. Il est conservateur chargé du département film du Centre Georges Pompidou. 

Langue : Français

La rencontre sera suivie d’une signature du livre Âmes primitives. Figures de film, de peluche et de papier (en vente à la Fondation).

Réservez vos places ici.

Tous nos évènements passés ici