Résidences arts visuels et écritures créatives

Appel à candidatures 2021 pour une résidence de recherche en arts visuels et écritures créatives

Vous êtes artiste visuel, auteur.e, poète, vidéaste, performeur.se, résidant hors de Belgique et vous souhaitez expérimenter vos recherches et les partager dans une maison inspirante, à l'architecture moderniste des années 20, envoyez-nous votre projet ! La Fondation Thalie met à disposition un lieu d'écriture avec l'opportunité d'une présentation publique au sein de la programmation sous…

Appliquer

Ariane Michel
Palimpseste pour effet-miroir

D’où perçoit-on le monde ? Comment cela définit-il la morphologie de notre imaginaire ? Adepte de glissements de points de vue et de renversements d’échelle, Ariane Michel travaille depuis plusieurs années à produire des écarts perceptifs : en donnant à son auditoire l’opportunité de devenir un peu autre (pierre, oiseau, plante, insecte ou vague), de sauter les millénaires ou de se plonger dans une seconde, elle touche les cordes qui constituent notre façon d’être au monde.
Pour son intervention à la Fondation Thalie, l’artiste invite le spectateur dans une sorte d’atelier mental propice aux miroitements. Elle tentera, à partir d’extraits de ses vidéos, images ou sons et en reconstituant leurs dispositifs, de nous mettre avec elle dans la disposition d’une rêverie flottante pour mieux percevoir ce qui émane de ses productions. Fascinée par le tournant ontologique à l’œuvre dans nos sociétés occidentales où la place de l’humain se redéfinit, elle s’interrogera sur la position qu’elle occupe et sur ce qu’elle a produit jusqu’ici: que ce soit en tant que symptômes d’une société qui change ou comme machineries participant aux mutations des cartographies de notre inconscient, ses œuvres semblent bien avoir quelque-chose à voir avec cette révolution de la pensée.

Durée : 1h

Née à Paris en 1973 et diplômée de l’École nationale supérieure des arts décoratifs, Ariane Michel est une artiste et cinéaste française. Que ce soit par le biais d’installations, de performances ou de dispositifs plus cinématographiques, le travail d’Ariane Michel, utilisant le plus souvent la vidéo, se retrouve dans la création récurrente d’expériences sensorielles. Son travail circule dans le champ de l’art ainsi que dans celui du cinéma, du Musée d’art moderne de la ville de Paris au FIDMarseille, du MoMA (New York) au festival de Locarno. Elle est représentée par la galerie Jousse entreprise à Paris.

0